Transcription de l’archive

Voici la transcription de l’archive proposée la semaine. Pour une question de facilité, j’ai choisi d’écrire le texte dans une orthographe moderne.

L’archive date du XVIIe siècle et provient du fonds de Chalain sous la cote 1E4 471. Le texte se déploie sur deux pages.

Comme, je le notais précédemment le document ne présente pas de difficulté, les lettres sont régulières, l’absence de ponctuation et de majuscules ne crée pas de complication. Il n’y a pas d’abréviation. Seule l’orthographe peut poser problème car elle peut varier d’une ligne à l’autre. Ainsi œuf est écrit euf ligne 7 et heuf ligne 9

Remède pour guérir ceux qui ont été mordus

faire l’omelette de saint hubert

par des chiens enragés ou par des loups pour

il faut prendre une petite poignée de l’herbe

que l’on appelle vulgairement du rapemint

la bien hacher menu ensuite prendre deux

jaunes d’œuf que l’on met avec l’herbe après

avoir oté le blanc jusqu’au germe

il faut les œufs du jour s’il ce peut

prendre une baguette de noisetier de plante

en ôter l’écosse grise et laisser la verte

y ajouter du pain bénit de saint hubert à défaut

de celui-ci d’autre pain bénit le tout étant

dans une écuelle ou un plat il y faut ajouter

trois pleines cuillères de bouche d’huile d’olive

et le bien battre avec la baguette de noisetier

le tout à froid ensuite jeter le tout dans la

poêle en disant au nom du père du fils

du saint esprit et du bienheureux saint hubert

y l’en manger pendant neuf matins à jeun

un petit morceau c’est à dire gros comme

en disant au nom du père du fils du

saint esprit et du bienheureux saint hubert faire

pendant neuf jours une neuvaine ou la faire

faire par quelqu’un dans une église de saint

pierre ensuite faire dire une messe ou

plusieurs suivant la dévotion à l’honneur

de saint hubert pour les bêtes mordues

ou leur en donner pendant les neuf jours

Quelques précisions:

Hubert de Liège — Wikipédia
Représentation de saint Hubert (provient du site Wikipedia)

Saint Hubert est le saint patron des chasseurs, il est invoqué contre la rage. N’oublions pas qu’avant la découverte de Pasteur en 1886, la rage est une maladie dont l’issue est toujours fatale, les malades mourraient dans d’atroces souffrances. A partir du XVIIe siècle, de nombreux remèdes sont préconisés contre ce virus comme l’utilisation du mercure par Jean Ravelly (un médecin exerçant à Metz) ou l’os de seiche par Mme Fouquet dans son ouvrage Recueil des remèdes faciles et domestiques.

Description de cette image, également commentée ci-après
Bardane (photo issue du site Wikipedia)

Le rapemint est sûrement un autre nom pour évoquer la bardane (cf Dictionnaire du monde rural Les mots du passé de Michel Lachiver aux Editions Fayard dans la bibliothèque de la Diana sous la cote U 630.944).

La bardane est une plante médicinale connue dès le Moyen Age en Europe pour ses vertus anti-inflammatoires.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s